Le tour du lac de Serre-Ponçon
>>
Accueil
>
Cyclo
>
Le tour du lac de Serre-Ponçon
Embrun

Le tour du lac de Serre-Ponçon

Eau
Point de vue
Embarquer cet élément afin d'y avoir accès hors connexion
Véritable challenge sportif, ce parcours s’adresse à tous les amateurs de vélo qui sont à la recherche de défis personnels. Le tour du plus grand lac artificiel de France se mérite !
N’est-ce point grandiose de parcourir les routes qui sillonnent les massifs situés autour du lac de Serre-Ponçon et de ses eaux turquoises ? Une succession d’ascensions et de descentes plus ou moins longues vous demanderont beaucoup d'énergie pour arriver au bout de ce magnifique parcours, taillé pour le défi sportif. De quoi devenir une vraie “classique” !

Les 31 patrimoines à découvrir

  • Loisirs

    Les Capucins, centre d'art contemporain

    Cette ancienne chapelle de l'ordre des Capucins a connu de nombreuseuses vicissitudes à travers l'histoire, consacrée en 1645, elle est investie par l'armée en 1842 et devient un arsenal. 

    Le Centre d’art contemporain Les Capucins est né avec le projet européen SMIR. Avant son ouverture définitive en 2011, il a développé ses activités - expositions et conférences - hors les murs. Depuis octobre 2012, une nouvelle programmation voit le jour, selon un rythme de quatre à cinq expositions par an, accompagnées chacune d’évènements artistiques et d’actions de médiation à l’attention des scolaires et du public adulte.

    Les Capucins

  • Eau

    Fontaine

    Très jolie fontaine en pierre permettant de se désaltérer, située en plein centre ville d'Embrun (eau potable).

  • Architecture

    Maison des Chanonges

    Située face au porche de la Cathédrale est un édifice du XIIIe siècle classé Monument Historique. Sa belle façade romane est rythmée par une série de baies géminées et, dans la partie haute, une sculpture en haut relief représente un lion dévorant une chèvre. A l’intérieur, le plafond à caissons du XIIIe siècle, la peinture murale de 1513, évoquant la légende de St Eustache et à l’étage, le plafond à la française du XVIIe, donnent à cette maison, la plus ancienne d’Embrun, un caractère remarquable. Maison du Patrimoine Embrunais et  siège du service culturel de la ville, tout au long de l’année, y sont organisées expositions, conférences et rencontres.

    © Comité de Promotion de Serre-Ponçon

  • Architecture

    Cathédrale Notre Dame du Réal

    La Cathédrale Notre-Dame du Réal (XII- XIIIe siècles) est l’un des monuments les plus importants des Alpes françaises. Coiffée d’un clocher à pyramidions, elle se caractérise par une architecture d’inspiration lombarde avec l’alternance du schiste noir et du calcaire blanc.
    La Cathédrale a servi de modèle à d’autres églises de la région. Vous pourrez admirer sur le flanc nord le célèbre porche du Réal avec lions et atlantes qui supportent colonnes et colonnettes. Le tympan du porche était orné d’une fresque dite miraculeuse représentant les Rois Mages. Cette fresque a fait l’objet d’un pèlerinage à la Vierge aux Rois ou encore Vierge du Réal (du latin : royal), ce qui a donné son nom au porche et à la cathédrale elle-même.

    A voir : Le maître autel du XVIIIe siècle en marbre polychrome, les chaires à prêcher, les stalles du chœur, les autels baroques, les grandes orgues offertes par Louis XI, la grande rosace du XVe siècle et ses trois oculi ornent le portail ouest.

     

    La chapelle Saint François abrite un des plus riches trésors d’art sacré de France, constitué d’une importante collection (près de 500 objets), de vêtements sacerdotaux du XVe au XIXe, de pièces d’orfèvrerie, de tableaux et de manuscrits richement enluminés. Le trésor est accessible seulement en visite guidée.

    © Comité de Promotion de Serre-Ponçon 

  • Histoire

    Les fortifications d'Embrun

    Un tableau d'information présente l'histoire des fortifications d'Embrun. A travers la ville, un parcours composé de plusieurs panneaux d'interprétation présentent le passé de cette ville, son patrimoine bâti et naturel. 

  • Petit patrimoine

    Eglise Saint Pierre

    Visite sur demande écrite faite à la mairie de Puy-Sanières.
  • Petit patrimoine

    Eglise de Puy Saint Eusèbe

    Visite sur demande écrite faite à la mairie de Puy Saint Eusèbe.
  • Point de vue

    Point de vue

    Le belvédère de Saint-Apollinaire présente l'évolution des paysages et des terres agricoles de la vallée due aux activités du territoire.

  • Petit patrimoine

    Eglise de Saint Apollinaire

    Visite sur demande écrite faite à la mairie de Saint Apollinaire.
  • Histoire

    Chorges, cité caturige

    Chorges est issu du latin « caturigomagus » qui signifie « le marché des rois de la guerre ». C’est vers 400 ans avant J.-C., que les Caturiges, peuplade celte venus d’Europe Occidentale s’installent dans la région. Ils sont chasseurs, éleveurs, agriculteurs mais surtout de grands commerçants avec les tribus voisines et l’Italie du nord.

    De loin, Chorges apparaît comme un gros bourg qui se dresse sur fond de hautes montagnes, resserré autour d’un beau clocher roman.

    Chorges fut, sous l’Antiquité, une station de la voie romaine Briançon-Arles, et capitale des Caturiges. Il reste d’ailleurs de cette époque une stèle portant une inscription dédiée à « Néron, prince de la jeunesse ».

    Au Moyen-Age, Chorges était entouré de remparts flanqués de tours rondes, dont il ne reste aujourd’hui que quelques vestiges. Une balade dans les ruelles encore pavées de Chorges mène à l’église Saint Victor (classée Monument Historique en 1862, construite au XIIe siècle par les moines de St Victor de Marseille. Caractère particulier : la forme rectangulaire de la nef et le choeur à cinq pans. De style composite, elle a su garder des traces de style roman mais elle possède également des éléments architecturaux de style gothique flamboyant).

    A côté de ce riche patrimoine, Chorges a également la chance d’être situé tout près du lac de Serre Ponçon et aux portes du Parc National des Écrins.

    Source : mairie de Chorges et http://www.provenceweb.fr/

  • Eau

    Fontaine

    Très belle fontaine en pierre permettant de se rafraîchir en plein centre de Chorges.

  • Loisirs

    Muséoscope

    Espace multimédia sur la construction du barrage de Serre-Ponçon, sur l’histoire des anciens villages de la Durance et de l’Ubaye. A travers un  parcours visuel et sonore, venez découvrir  de manière ludique les aspects, géographiques, techniques, sociaux, humains de la réalisation du plus grand barrage, en terre, d’Europe.
    Maquettes des villages engloutis, film sur l'avant-barrage avec des témoignages des anciens habitants, images d’archives, animation de la mise en eau du barrage, film sur la construction du barrage…

    museoscope-du-lac.com
    © Comité de Promotion de Serre-Ponçon

  • Eau

    Serre-Ponçon et l'aménagement de la Durance

    Prenant sa source vers 2 350 m d’altitude, la Durance parcourt 324 km au fil de ses divagations. C’est une rivière fantasque au régime torrentiel, avec des crues au printemps et en automne. À Embrun, son débit peut varier de 1 à 100 ! Avant son aménagement, les crues centennales lui donnent, au confluent avec le Rhône, un débit cinq fois supérieur au débit moyen du fleuve. Un grand réservoir régulateur est proposé à la construction, en 1909, au goulet d’étranglement que constitue Serre-Ponçon. La géologie interdisant un barrage en béton, la solution de la digue de terre s’impose. EDF entreprend le chantier en 1955 par le détournement des eaux. Ensuite, en trois ans est construite une digue de 14 millions de m3 de terre compactée avec un noyau central en argile. Haute de 123 m et longue de 600 m à la crête, elle a une épaisseur à la base de 650 m. C’est le plus grand barrage en terre d’Europe. Sa mise en eau dure 18 mois, de fin 1959 à mai 1961, créant un lac de 30 km2, plus vaste que celui d’Annecy, s’étirant sur 19 km et retenant 1 200 millions de m3 d’eau. Cette réalisation a permis d’écrêter les crues, sans les supprimer (cf. 1993 et 1994). L’alimentation régulière des canaux d’irrigation de moyenne et de basse Durance est assurée, ainsi que celle des villes. L’usine de Serre-Ponçon et la quinzaine d’équipements hydro-électriques situés en aval sur des canaux de dérivation produisent l’équivalent énergétique de deux centrales nucléaires. Enfin, sur le grand lac, les activités nautiques sont favorisées par une brise de vallée fréquente. 
  • Loisirs

    La montagne aux marmottes

    Parc animalier, visites pédagogiques, reconstitution de grotte préhistorique, découverte de minérauxfossiles, papillons et insectes, empreintes d’animaux, et spectacle de rapaces en vol.

    www.montagneauxmarmottes.com

    04 92 53 77 15
    contact@montagneauxmarmottes.com

  • Petit patrimoine

    Eglise Sainte Martine au Sauze du Lac

    Visite libre et gratuite - Ouvert tous les jours durant les périodes de vacances scolaires.
  • Géologie

    Les Demoiselles Coiffées

    Les Demoiselles Coiffées, plus communément appelées "cheminée de fées", sont des formations originales dues au travail de l'érosion. Elles se présentent sous forme d'une colonne de conglomérat divers supportant un rocher plus ou moins volumineux.
    Afin de ne pas accentuer leur dégradation et surtout de ne pas faire courir un risque d'accident a public, un cheminement piétonnier à été réaliser en contre- bas et parallèlement aux Demoiselles Coiffées, avec panneaux explicatifs et superbes panoramas. 
    La parcelle abritant les Demoiselles Coiffées du Sauze du Lac, d'une superficie de 2.60 ha, est un site classé depuis 1966. C'est en 1999 que la commune, dans le cadre du contrat d'objectifs de Serre-Ponçon, obtint l'autorisation de réaliser le projet de mise en valeur stationnement, cheminement pietonnier et bloc sanitaires...

    Source : Office de Tourisme du Savinois Serre-Ponçon
    www.savinois.com
  • Histoire

    Savines-le-Lac

    Savines-le-Lac commune labélisée patrimoine du XXsiècle depuis juin 2011, Savines-le-Lac commune touristique au bord du lac de Serre-Ponçon est de par son environnement et son dynamisme un haut lieu du tourisme en été dans les Hautes-Alpes.

    En 7 siècles de son existence, Savines s'est vu déplacé 3 fois. En 1282, Rodolphe de la Font de Savines prêta hommage au Dauphin des terres du Mandement de Savines. A cette époque, le premier village était situé au fond du torrent de Réallon, au lieu-dit La Paroisse, où se trouve encore les ruines de l'ancien Château des Comtes de la Font de Savines et celles de la première église paroissiale. Il fut abandonné sous la Révolution à cause des ravages du torrent de Réallon. Le second Savines, datant de 1825, fut détruit le 3 mai 1961 pour les besoins de la retenue de Serre-Ponçon. Il était situé sur la rive gauche de la Durance au lieu-dit la Charrière.

    Source :  Office de Tourisme du Savinois Serre-Ponçon
    www.savinois.com
  • Petit patrimoine

    Eglise Saint Florent de Savines-le-Lac

    Œuvre de l’architecte Achille de PANASKHET, à qui l’on doit également la construction du village de Savines-le-Lac, l’église fut construite en 1961 et consacrée en 1962. Elle a pour Saint patron Saint-Florent évêque d’Orange, tout comme l’édifice précédent  situé au hameau de la Paroisse et dynamité le 3 mai 1961 lors de la mise en eau du barrage de Serre-Ponçon.

    L’édifice, fait de pierre, béton et dalles de verres semble simuler l’étrave ou la proue d’un navire, tout en conservant la symbolique religieuse de la Trinité. Aux trois angles on retrouve le clocher, symbole du rassemblement, le baptistère qui est l’entrée dans la vie de Dieu, et l’autel, symbole du recueillement. Le Baptistère demeure à l’extérieur et tangent à l’église, de forme ronde, il a été réalisé en brèche de Guillestre (roche de conglomérat) avec un intérieur fait de pâte de verre.

    Dans la salle du trésor, on peut admirer de magnifiques œuvres dont 2 tableaux représentant l’Adoration des Mages et des Bergers.

    Les Vitraux de l’église

    Dalles de verre multicolore, enchâssées dans des joints en ciment armé, réalisés par le Maître verrier G. THOMAS, suivant les maquettes, dessins et choix des dalles de couleurs de l’auteur Achille de PANASKHET.

    Ces vitraux sont une belle expression moderne  et réaliste du Chemin de Croix, traité d’une manière résolument colorée et figurative. Reprenant pas à pas cette montée au Golgotha, pour nous faire revivre avec intensité la Passion de Jésus. La faisant précéder du recueillement au Jardin des Oliviers et la terminer en apothéose par le jaillissement de la Résurrection, sous forme abstraite.

     

    Chaque vitrail accompagne la montée vers l’autel fabriqué en marbre noir du Portugal.

    © Comité de Promotion de Serre-Ponçon

  • Petit patrimoine

    Calvaire

    Calvaire situé au croisement entre l'avenue de la Grande Charrière venant de Crots et la route menant vers la N 94.

  • Loisirs

    Musée de la Charcuterie

    Au coeur de ce tout nouveau musée Embrunais de la charcuterie vous retrouvez l’histoire de la migration des charcutiers Embrunais à Marseille. Pendant plus d’un siècle le savoir-faire des Hautes-Alpes a pris place au sein de la cité phocéenne. La charcuterie fut un vecteur de la constitution d’une grande famille, mais également d’une puissance économique.

    A travers notre musée vous redécouvrez des souvenirs de grandes et bonnes tables. Au menu de la visite : convivialité, relations humaines et partage.

    Crots représente la capitale de la charcuterie par le nombre extraordinaire de maîtres charcutiers qu’elle a fait naître à Marseille, Toulon, Aix-en-Provence et Nice. Un xiècle durant lequel le savoir-faire des Crétorins a séduit les habitants de Provence.

    Les charcutiers longtemps installés en famille, ont conçu des spécialités à partir de produits locaux. Ainsi, ils savent mettre en valeur la beauté des produits du terroir. Une certaine ethique et l’amour du travail bien fait sont évidents lorsque l’on écoute les charcutiers parler de leur métier. Depuis la fin du XXème siècle, il reflète un art de vivre et témoigne des traditions régionales pluricentenaires.

    Source : http://museeembrunaisdelacharcuterie.fr/

  • Petit patrimoine

    Eglise Saint Laurent

    L'église Saint-Laurent du village de Crots n'est peut-être pas aussi grande que ses voisines, la cathédrale d'Embrun et l'abbaye de Boscodon, mais elle est inscrite au titre des Monuments historiques depuis 1978.

    L'église est érigée au XIVe siècle. Bien que cela ne soit pas courant au Moyen-Age, elle est orientée Nord-Sud et pas Est-Ouest. L'exiguïté du site, limité par des remparts, pourrait expliquer cette orientation. D'abord de style roman et en forme de croix latine, l'égise connaît des modifications au fil des siècles. Par exemple, quatre chapelles latérales viennent masquer le plan latin. Des fresques sont peintes au XVe et XVIIIe siècles.

    Le clocher de l'église Saint-Laurent est quant à lui d'inspiration lombarde et a été édifié, du côté est, en 1828.

    Source : www.fondation-patrimoine.org (https://www.fondation-patrimoine.org/les-projets/eglise-saint-laurent-crots)

  • Eau

    Fontaine

    Sur l'Avenue de la Grande Charrière, à Crots, se trouve cette ravissante fontaine en pierre.

  • Eau

    Lavoir

    Lavoir et fontaine dont l'eau n'est pas controlée.

  • Petit patrimoine

    Statue de St-Antoine

    Statue de Saint Antoine, patron des Charcutiers, inaugurée le 22 fevrier 2014.

  • Eau

    Fontaine

    Très belle fontaine en pierre à ne pas manquer dans le centre du village de Crots.

  • Architecture

    Château de Picomtal

    L'histoire du château commence au XIe siècle sous la forme d'une tour de guet, puis il acquiert sa forme définitive lors de la Renaissance, au début du XVIe siècle. Successivement lieu de garnison à l'époque Louis XIV-Vauban, puis lieu de résidence de notables, il est aujourd'hui un lieu d'accueil aux thèmes variés: visites historiques guidées, réunions d'entreprises, concerts, ateliers culinaires...

    www.picomtal.fr

    © Comité de Promotion de Serre-Ponçon

  • Eau

    Fontaine

    Profitez de cette belle fontaine en pierre, en plein centre du village de Baratier. 

  • Eau

    Fontaine

    Fontaine en pierre, d'une forme assez originale, localisée juste à côté de l'Eglise Saint-Chaffrey.

  • Petit patrimoine

    Eglise Saint Chaffrey

    Construite au XVème siècle, elle a un plan en croix latine "orienté", c'est à dire disposée de sorte à ce que l'assemblée soit tournée vers l'est et que le sanctuaire soit éclairé de la lumière du matin symbolisant la résurrection du Christ. La nef est couverte d'une voûte en berceau brisé mais des éléments de la voûte primitive, construite en pierre de tuf et détruite lors de l'incendie provoqué par l'armée du duc de Savoie en 1692, sont encore en partie visibles.

    Source: http://guillestre.free.fr

  • Histoire

    Village de Baratier

    "Pauvres mais fiers, et bon coeur" . L'église du village arbore honnêtement cette maxime populaire inscrite sous le cadran solaire restitué en 1992 et sur lequel figure un lévrier, que l'on retrouve sur le blason de la commune et que l'on doit aux armoiries de la famille Bayle de Baratier qui a aussi donné son nom au village qu'elle avait en fief. A l'époque féodale, il existait deux fiefs : Baratier et Verdun, ce dernier est un peu à l'écart du village actuel et reste repérable grâce à une tour carrée du XIIe ou XIIIe siècle qui y subsiste alors que le premier, qui dépendait administrativement et judiciairement d'Embrun était conduit par la famille Bayle, il est sans doute à l'origine de la fondation du village actuel. Les "Baratier" primitifs reposent dans la chapelle dédiée à Saint Joseph, dans l'église du village placé sous le vocable de Saint Chaffrey.

    La Municipalité de Baratier et les Baratons travaillent actuellement sur la mémoire orale et écrite du village et sont à la recherche de photos, documents, récits, anecdotes sur Baratier en vue de l'édition d'un document retraçant la vie du village... N'hésitez pas à contacter la Mairie si vous êtes détenteurs d'informations !  

    Petit patrimoine local : Le trieur à grains
     
    Patrimoine de la commune de Baratier, situé devant la salle « La Baratonne », c'est un outil agricole qui provient du moulin de la famille Allard (Embrun). Jadis utilisé à des fins personnelles et commerciales (chacun y apportait son grain à moudre), le moulin n'est plus en activité depuis les années 1960 et fait l’objet d’un réaménagement. Une plaque explicative, apposée devant la machine, relate l’histoire du moulin et de son fonctionnement.

    © Mairie de Baratier

  • Histoire

    Embrun

    Embrun doit son nom, d’origine celte, à sa position : Ebr pour eau et Dunum pour élévation. En effet, accrochée sur son roc, la ville regarde la Durance couler à ses pieds avant de rejoindre le lac de Serre-Ponçon. Cette ancienne capitale des Alpes du Sud sous l’empire romain, puis évêché avec saint Marcellin au IVe siècle et archevêché jusqu’en 1802, fut aussi une ville militaire fortifiée par Vauban. Elle connut ensuite une longue décadence due à la perte de son statut de ville administrative et religieuse, amplifiée par l’exode rural. Flâner dans le dédale des ruelles de la vieille ville permet de découvrir de multiples témoignages de ce riche passé : cathédrale, tour Brune et couvent des Cordeliers, mais aussi des fontaines, portes, cadrans solaires et autres modillons, arcades ou sculptures. Aujourd’hui, terre, ciel, lumière et eau concourent au bien-être à Embrun. La cité est animée et largement tournée vers le tourisme : estival, surtout depuis la création du lac, hivernal, par le ski dans les nombreuses stations environnantes.

Description

  1. De la gare, descendre vers le centre-ville d’Embrun puis, au rond-point, prendre à droite en suivant la direction “Hôpital -Urgences”. Emprunter cette avenue (Alexandre Didier) durant 1 km et, au niveau d’un imposant mur en pierres, obliquer à droite. S’engager sur la D9 en direction de Puy-Sanières et, après un court échauffement, les choses sérieuses commencent avec un ascension de 6 km et de 7% de pente moyenne. Cette route permet d’avoir de beaux points de vue, tout en traversant des zones boisées et des paysages de marnes grises.
  2. Dépasser enfin Puy-Sanières et se diriger maintenant vers Réallon, toujours sur la D9. La vue est bien dégagée et offre un joli point de vue sur le massif des Ecrins. Cheminées de fée, torrents et marnes se succèdent dans un environnement où se mêlent feuillus et résineux. Dépasser ensuite Les Méans et, à la bifurcation suivante, descendre à gauche vers Savines-le-Lac (D9).
  3. Dépasser les Rousses et, au rond-point, continuer en direction de Chorges (D9) pour une belle descente en pente douce jusqu’au village de Saint-Apollinaire. Effectuer une courte pause au belvédère (très belle vue sur le lac de Serre-Ponçon) avant de poursuivre vers Chorges (D9). Faire 8 km de descente en prenant soin de maîtriser sa vitesse (on se laisse vite griser !) jusqu’au centre de Chorges et, face à un “Sens Interdit”, bifurquer à gauche en direction d’Espinasses. 
  4. Partir à l’assaut du col Lebraut (D3) avec ses 7 km d’ascension et, au sommet, effectuer un court arrêt afin profiter d’une vue panoramique sur le lac. Amorcer maintenant une nouvelle descente en direction de la vallée de la Durance. Il faudra traverser un tunnel, donc prévoir de l’éclairage pour être suffisamment visible. Dépasser le barrage de Serre-Ponçon, tout en admirant sa qualité de construction, atteindre un rond-point et suivre la direction de Barcelonnette (D900b). 
  5. Enjamber la Durance puis prendre à droite vers Selonnet (D900c). Entrer au cœur des gorges de la Blanche, véritable route pittoresque coincée entre les montagnes. Au bout de 3km, bifurquer à gauche vers Les Eyrauds (C9) et emprunter une petite route. Ça grimpe assez fortement  jusqu’à un col, qui offre de beaux points de vue. La descente s’effectue en sous-bois jusqu’à retrouver la D900b. Partir à droite sur cette route départementale. Traverser le centre de La Bréole et rejoindre à nouveau la D900b. Peu après, grimper en direction du col des Fillys (D7) durant 2 km puis virer à gauche vers Les Laphonds. Redescendre encore vers la D900b (caserne de pompiers) et partir à droite. Le paysage devient encore plus ouvert avec, cette fois, un panorama sur le lac de Serre-Ponçon, l’Ubaye et ses reliefs montagneux. Après un belvédère, il ne reste plus que 5 km à parcourir avant de partir à gauche en suivant la direction de Savines (D954). Poursuivre la descente vers la vallée et franchir la rivière Ubaye. 
  6. Continuer sur cette route agréable au bord du lac puis grimper vers Le Sauze-du-Lac. Le panorama reste encore et toujours splendide. Rejoindre maintenant Savines-le-Lac, en bénéficiant encore des beaux points de vue qui s’offrent à vous, puis continuer vers Briançon en empruntant la N94. Au village de Crots, prendre à droite puis emprunter la petite route qui passe au pied du château de Picomtal. Grimper jusqu’au Poët, par une succession de virages, puis suivre la direction de Baratier par une petite descente. Emprunter ensuite la D40, sur un court tronçon, avant de bifurquer à droite en direction de Crévoux. Faire près de 3 km puis enjamber la Durance en empruntant un pont métallique (plancher bois) vers la citadelle d’Embrun. Rejoindre enfin, par une tout dernière côte, le point de départ.
  • Départ : Parking de la Gare, Embrun
  • Arrivée : Parking de la Gare, Embrun
  • Communes traversées : Embrun, Puy-Sanières, Puy-Saint-Eusèbe, Réallon, Savines-le-Lac, Saint-Apollinaire, Prunières, Chorges, Rousset, Le Sauze-du-Lac, Pontis, Crots, Baratier et Saint-Sauveur

Météo


Profil altimétrique


Zones de sensibilité environnementale

Le long de votre itinéraire, vous allez traverser des zones de sensibilité liées à la présence d’une espèce ou d’un milieu particulier. Dans ces zones, un comportement adapté permet de contribuer à leur préservation. Pour plus d’informations détaillées, des fiches spécifiques sont accessibles pour chaque zone.

Circaète Jean-le-Blanc

Nidification du Circaète-Jean-le-Blanc

Les pratiques qui peuvent avoir une interaction avec le Circaète-Jean-le-Blanc en période de nidification sont principalement les pratiques aériennes comme le vol libre ou le vol motorisé.

Merci d’essayer d’éviter la zone ou de rester à un distance minimale de 300m sol quand vous la survolez soit 1310m d'altitude !

Domaines d'activités concernés :
Aerien, Manifestation sportive
Périodes de sensibilité :
marsavr.maijuinjuil.aoûtsept.
Contact :
Parc National des Écrins
Julien Charron
julien.charron@ecrins-parcnational.fr

Recommandations

  • Respecter le sens de circulation des parcours.
  • Respecter les autres usagers de la route.
  • Le port du casque est obligatoire
  • N’hésitez pas à consulter info route 05 avant de partir
Prévoir de l’éclairage pour être suffisamment visible (passage dans un tunnel)

Lieux de renseignement

Bureau d'Information Touristique Embrun

Place Général Dosse - BP 49, 05202 Embrun

https://www.serreponcon-tourisme.com/

embrun@serreponcon-tourisme.com

0492437272

Le Bureau d'Information d'Embrun fait partie de l'Office de Tourisme de Serre-Ponçon, l'équipe est à la disposition des clientèles pour renseigner sur les hébergements, les animations, les prestations activités et de services et les richesses du territoire.

D’octobre à mai : du lundi au samedi de 9h à 12h30 et de 13h30 à 17h. 
Avril, mai, juin et septembre : du lundi au samedi de 9h à 12h30 et de 14h30 à 18h
Juillet et août : du lundi au samedi de 9h à 19h. Dimanche de 10h à 12h30 et de 16h à 19h

Jours fériés (sauf 14 juillet et 15 août) : 9h-13h. Fermé : 1er janvier, 1er mai, 25 décembre et 11 novembre
Fermé le jeudi hors vacances scolaires toutes zones

En savoir plus

Transport

Depuis Gap :
  • Réseau Zou! : Ligne 69 /  Fréquence : 5 fois par jour
Depuis Briançon
  • Réseau Zou! : Ligne 69 /  Fréquence : Toutes les 4h
Plus d'infos : https://zou.maregionsud.fr

SNCF bus
Plus d'infos : https://www.sncf-connect.com

Accès routiers et parkings

Suivre la N94 depuis Gap ou Guillestre jusqu'à Embrun.

Stationnement :

Parking de la Gare, Embrun

Source

Serre-Ponçon

Signaler un problème ou une erreur

Vous avez repéré une erreur sur cette page ou constaté un problème lors de votre randonnée, signalez-les nous ici :


À proximité
48